« Maîtriser sa communication pour éviter les malentendus - part II - | Accueil | Y'a du laissez-aller ici ... »

06/09/2005

Commentaires

Greg - Etudiant en Communication

Ah, les journalistes, tous des salauds!!!

Jacques Froissant (Altaide)

Je n'irais pas jusque là Greg, mais c'est toujours surprenant de voir ce qui est écrit à partir d'une interview. Ou dans un autre genre : un journaliste à qui je consacre plus d'une heure pour parler blog et qui sort son article sans me citer, mais en parlant du blog du PDG de Michael Page qui n'existait pas encore ! Sympa n'est ce pas ?

Frederic

Il y a clairement dans ce métier des chacals sans aucune conscience profesionnelle dont le seul soucis est de livrer à l'heure un article dans lequel ce que vous direz n'a d'autre valeur que de servir l'angle (déjà décidé par avance) de leur papier... sur cette base, déformer et mailtraiter tes propos, voire affabuler, est un minimum.

Pour ma part, j'ai été victime d'un de ces rats d'égouts il y a quelques années... ma tronche de cake pleine page tout sourire pour illustrer 6 colonnes où ma société et son groupe se sont fait éreinter sous des tonnes de mauvaise foi... la journaliste m'avait menti sur l'angle de son papier, n'avait retenu que les aspects négatifs d'une explication que j'avais voulu transparente et avait attendu la veille (donc trop tard) pour me faire relire (et encore, seulement mes citations...). Il s'en est fallu de quelques discussions internes très très serrées que je n'aille planter mes choux (professionnels) ailleurs car cet article torche-cul avait été repris dans la revue de presse interne du groupe ... Vengence : le journal (Newbiz) a fait faillite, j'espère que la journaliste (qui ne se rend peut être pas compte des dégats ...?) est au chomage de longue durée et qu'elle a chopé la syphilis.... Je tape régulièrement son nom dans Google, mais rien... j'en profite pour passer un message personnel : A.R. si tu me croises dans la rue, change tout de suite de trottoir...

Sinon, je connais quelques journalistes de qualité avec qui j'irai volontiers boire une bière...

En bref, un seul impératif : relire l'article avant parution pour accord...

Adam Kesher

Je vois très exactement de quoi tu parles. J'ai encore des envies de meurtre certaines nuits...

Il faut croire ceux qui le disent : "ne croyez pas les histoires des journalistes". Et c'est dommage pour ceux qui font leur boulot proprement, car il est de plus en plus difficile de faire confiance a priori.

Non vraiment. Sérieusement. C'est très bien que les blogs soient là pour relater ce genre d'expériences car ce ne sont pas les journalistes qui vont faire leur auto-critique. Manipulation, invention, mauvaise foi : ce ne sont pas dees histoires.

flo

Tu as raison de faire cette mise au point. Pourquoi ne pas demander un droit de réponse au journal ?

Adam Kesher

Très intéressant ce partage d'expériences similaires... Et si on faisait une black list des journalistes de mauvaise foi ??? Les black lists, c'est la mode en ce moment... :)

Gérald Alexandre Roffat

Je considère que tu as raison de rectifier tes propos sur ton blog et je partage l'avis de flo sur l'utilisation du droit de réponse.

Stephanie

Il faut garder à l'esprit qu'un article est le fruit d'un travail d'équipe dont le rédac chef a toujours le "final cut", sans compter que l'article passe par la case relecture par le SR (Secrétaire de Rédaction) et que l'info moulinée, hâchée selon l'orientation du journal, va obligatoirement prendre une saveur différente.
Comme dit mon ami Philippe, Management et Capital sont à l'économie ce que Voici est au people.
Ca me servira de leçon ! J'ai envoyé cette note à la rédaction de management. A ce jour silence internet..

Rodolphe FRERING

Et c'est malheureusement souvent comme ça dans la profession journalistique.
ils coupent des phrases ou des citations, les sortent du contexte, et ça ne veut plus rien dire.
A. de caunes démontrait ça à Nulle part Ailleurs avec beaucoup d'humour avec les invités de gildas.
rappelez vous, NB entre parenthèse la partie coupée
c'était des phrases du type:
vous avez dit dans la presse ne pas aimer rap (new yorkais).alors pourquoi avoir produit MC solaar?
mais j'ai jamais dis ça
mais si il n'y aque du vrai
pour éviter ce genre d'ecceuil,il faut donc utiliser la presse uniquement comme un outil de communication.
un plaquette vous la faites faire par une agence qui emploie des concepteurs, des designer, des infographistes,....qui passe ensuite par un imprimeur,....
je sais ça coute des sous mais quand ma voiture est en panne je vais chez le meccano et pour la révision aussi,...
donc pour parler à la presse,

utilisez une agence de RP.
car les agences spécialisées ont autant besoins des journaleux que l'inverse.
question de rapport de force. et là ,si il y a un eceuil vous aurez un bouc emissaire tout trouvé en prime.
CQFD.
à bientot sur viaduc ;-)

Corinne

Ouh lala ! S'il vous plaît, ne mettez pas tous les journalistes dans le même panier :-) J'en suis une et dans ma carrière (presque 20 ans déjà!), aucun interviewé n'a jamais eu à se plaindre. Non, vraiment... Mais peut-être suis-je de la "vieille école", celle basée sur l'écoute et le respect de la parole dite et parfois sous-entendue...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.