« On compacte à la H .. | Accueil | The World Hoax Day »

20/07/2005

Commentaires

florence

Il y a un epu plus d'un siècle, alors que les anglais "tenaient" la Chine via l'opium et s'y approvisionnaient en thé (avant le"vol" de plants pour culture sur Ceylan), il arriva paraît-il l'histoire suivante : un grossiste chinois vit ses stocks bloqués car la guerre pour l'opium empêchait la ciculation sur les routes habituelles vers la côte. Problème : les feuilles entreposées commençaient à prendre l'humidité, alors on alluma des feux dessous avec du bois de pin, pour les sécher. Elles prirent une flaveur telle que personne en Chine n'en aurait voulu. Le commerçant les vendit très bien aux nglais, en leur assurant qu'i ls'agissait d'une spécialité traditionnelle. C'est ainsi que serait né le "Lapsang Souchong", et ce serait tout simplement l'histoire d'un mec qui a été plus malin que les autres...
Pas mon goût, mais on trouve les variétés les plus quali aux Jardins de Gaïa (choisir la qualité supérieure). Twinnings, ce n'est jamais du thé (le vin en tétrabrock, c'est du vin ?), alors que son LS soit immonde, c'est parfaitement dans l'ordre des choses.

Un thé parfumé (exception faite du thé vert au jasmin ou de certaines variétés à l'osmanthe)) est une sorte d'hérésie par rapport à la tradition du thé chinois. Encore pire si les flaveurs sont de synthèse. Comme d'ailleurs le thé noir fermenté dont les Occidentaux ont pris le goût dès le 19e. Mais de l'accident à l'innovation, il y a peu de marge, et l'accident génère vite une évolution.

Une adresse sublime, impossible à ignorer : la Maison de Trois Thés, sur la Place Monge, à l'angle de la rue Gracieuse et de la rue Saint-Médard. Tenue par maître Tseng, maître de thé issue de la tradition taïwanaise (elle possède 2 autres caves, dans le Yunnan et à Taïwan), avec plus de mille références en thés verts, blancs, jaunes, oolongs, rouges, pu ehr. Ne pas tarder, bientôt fermeture de vacances (1er août>1er sept.)

Si tu aimes le thé rouge (ce que nous nous sommes mis à appeler thé noir, mais qui n'existe pas comme tel dans la culture traditionnelle chinoise), Su Hong est un thé de roche, qui rend de puissantes saveurs rondes et chocolatées sur fond légèrement boisé, avec une très légère âpreté que sa rondeur rend finement acidulée. Mais sans lait. Sans sucre. D'ailleurs, pas besoin. D'autres thés rouges, comme Bai Lin Gong Fu, rendent des effluves de rose et de chocolat. Et non, ils ne sont pas aromatisés, quelle horreur.

Puissance du marketing de masse, qui fait passer un ersatz pour un produit. Il paraît que même en Chine, on s'est mis à consommer du thé en sachets : mais il est vrai avec l'attrait exotique pour cette chose venue de l'autre bout du monde.

Smooth

Je suis pas sur d'en avoir vu dans les rayons du tesco à côté de chez moi...Autant faire fondre un after eight dans son thé earl grey !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.